Revenir au site

Récit de crise #7 - Entretien avec Anne-Laure Thomas, Directrice Diversités et Inclusion - L'Oréal

" Et si finalement le monde « d’après » nous permettait de mettre en place ce que nous n’arrivions pas à faire avant le confinement : mesures quant à l’utilisation de la voiture à outrance en milieu urbain, pollution sonore, place des solidarités dans nos vies, etc. "

Aujourd’hui et toujours dans le but de faire entendre le plus de voix possibles, CIVIL IMPACT donne la parole aux citoyens pour s’exprimer sur la chose publique.
En cette période inédite, notre série #RécitDeCrise a pour objectif de donner la parole aux citoyennes et citoyens pour avoir leur avis sur cette période de confinement que nous vivons.

 

Pour ce septième épisode, Anne-Laure Thomas, Directrice Diversités et Inclusion - L'Oréal, s’est confiée à nous pour nous parler de la crise sanitaire actuelle et sa vision des choses.

CIVIL IMPACT : Pouvez-vous vous présenter ?

Anne-Laure Thomas : Maman de 3 enfants, je suis directrice diversités & inclusion pour un grand groupe français. Je suis également très engagée auprès de 3 associations :

- Autour des Williams dont je suis la vice-présidente

- Tous en Stage, dont je suis trésorière ainsi que l'AFMD ( Association Française des Manageurs de la Diversité) dont je fais partie du CA.

CIVIL IMPACT : Comment allez-vous ?

Anne-Laure Thomas : Inquiète au début du confinement par la situation, je vais aujourd’hui bien. Je dois dire aussi que mes journées sont très riches entre le télétravail, l’école à la maison, mon engagement auprès des associations ; je ne vois ainsi pas le temps passer !

Par ailleurs, j’essaie de voir du positif dans cette situation. Je profite de cette période en dehors du temps pour passer des moments de qualité avec mes enfants. Je suis également ravie de découvrir que des solidarités sont en train de se (re)mettre en place entre les uns et les autres. Peut-être pourrons-nous tous sortir « par le haut » de cette crise sanitaire en retenant les meilleurs comportements et en poursuivant les bonnes pratiques solidaires. Et autrement, j'ai aussi hâte de revoir très rapidement mes amis, en vrai et pas seulement virtuellement.

CIVIL IMPACT : Votre vie en 3 mots avant le Coronavirus 

Anne-Laure Thomas : Liberté, convivialité, proximité .

CIVIL IMPACT : Votre vie en 3 mots depuis le Coronavirus 

Anne-Laure Thomas : Télétravail, école à la maison, apéro virtuel.

CIVIL IMPACT : Comment voyez-vous les jours, les semaines à venir ?

Anne-Laure Thomas : J'ai un peu de mal à me projeter et c’est bien pour cela que je me réjouis d'une reprise progressive. Cette progressivité permettra peut-être de trouver un juste milieu entre notre vie d'avant et ce monde virtuel et confiné que nous avons découvert. Il y a du bon dans ces deux mondes : j’espère que nous arriverons à garder le positif de chacun des deux pour n’en faire qu’un seul.

Et si finalement le monde « d’après » nous permettait de mettre en place ce que nous n’arrivions pas à faire avant le confinement : mesures quant à l’utilisation de la voiture à outrance en milieu urbain, pollution sonore, place des solidarités dans nos vies, etc.

CIVIL IMPACT : Si vous aviez en face de vous les membres du gouvernement, à qui souhaiteriez parler et que lui diriez-vous ? 

Anne-Laure Thomas : Il y en a plusieurs à qui j'aimerais parler mais en priorité je souhaiterais m’adresser à Marlène Schiappa pour lui dire : merci. 

Merci pour tout ce qu'elle a fait pour les femmes en cette période de confinement et notamment concernant les violences dites domestiques. Elle a également permis de mettre le doigt sur le poids de la charge mentale qui repose sur nous les femmes, cette charge mentale qui a été amplifiée (encore) avec le confinement. 

CIVIL IMPACT : Une situation particulière que vous avez vécue récemment et que vous souhaiteriez partager avec nous ? 

Anne-Laure Thomas : En tant que vice-présidente de l'association Autour Des Williams, je vis de nombreux beaux moments de solidarité et d’entraide mais je dois dire que je viens d’en vivre un merveilleux récemment.

L’association Autour des Williams s’intéresse aux jeunes et adolescents porteurs du syndrome de Williams & Beuren. Il s’agit d’une maladie génétique non héréditaire qui entraîne d’importants problèmes de santé (handicap mental, cardiopathie, difficulté d'alimentation, retard général des acquisitions etc.). Ce syndrome passe souvent inaperçu dans un premier temps car il entraîne également une hyper-sociabilité et une hyperacousie.

Beaucoup de ces jeunes porteurs de handicap vivent le confinement de façon extrêmement difficile : stress, perte de repères, isolement, etc. Ainsi nous avons organisé avec la marraine de l’association, Ophélie Meunier, un échange virtuel avec les familles et les enfants / adolescents porteurs de ce handicap. Le moment a été fort : fort en émotion, fort en partage et fort de sens. Je m’en souviendrais très longtemps et rien que d’en parler aujourd’hui avec vous… j'en suis encore toute émue.

CIVIL IMPACT : Le mot de la fin de cette interview pour vous … quel serait-il ?

Anne-Laure Thomas : Solidarité ! De très belles choses mises en place pendant le confinement que nous ne devons pas oublier pour la suite.CI

Tous Les Articles
×

Vous y êtes presque...

Nous venons de vous envoyer un e-mail. Veuillez cliquer sur le lien contenu dans l'e-mail pour confirmer votre abonnement !

OK