Revenir au site

Pourquoi la lutte contre les inégalités doit être au cœur des plans de relance ?

"Cette relance à la fois monétaire et budgétaire est nécessaire et souhaitable pour amortir le choc de la crise, éviter les faillites en cascade et l’explosion du chômage."

Au lendemain d’un accord européen historique entérinant la création d’un plan de relance de 750 milliards d'euros pour lutter contre la crise économique engendrée par la COVID-19, il est primordial d’anticiper les conséquences sociales de sa mise en œuvre. Cette dimension, souvent appréhendée uniquement à l’échelle nationale, pourrait bénéficier de cette occasion unique pour prendre une dimension européenne.

Pourquoi le plan de relance européen et à la politique monétaire de la banque centrale européenne pourraient être source d’augmentation des inégalités

Le plan de relance européen, combiné à la politique monétaire très accommodante de la banque centrale européenne vont conduire à une création de monnaie massive ainsi qu’à une augmentation généralisée des niveaux d’endettement, aussi bien pour les états que pour les entreprises.

Cette relance à la fois monétaire et budgétaire est nécessaire et souhaitable pour amortir le choc de la crise, éviter les faillites en cascade et l’explosion du chômage. Cependant elle comporte un biais majeur qui, s’il n’est pas corrigé par des mesures adaptées, va entraîner une montée des inégalités.

En effet, la masse monétaire augmente car les taux directeurs sont bas et la banque centrale pratique le quantitative easing (injections de liquidités par la banque centrale au travers de rachats massifs d’instruments de dette étatique et des sociétés). En période normale, une telle politique monétaire devrait entraîner une augmentation de l’inflation. Avec cette augmentation, la banque centrale européenne, dont le mandat unique est le contrôle des prix, pivoterait rapidement vers une politique monétaire plus restrictive.

Or aujourd’hui cette politique monétaire est mise en place alors que la crise de la COVID-19 a entraîné une hausse significative de l’endettement des sociétés et une baisse de leur chiffre d’affaires. Elles ne sont donc pas en mesure d’augmenter les salaires ou d’investir, et la transmission de la politique monétaire dans le niveau des prix à la consommation est interrompue.

Donc on crée de la monnaie massivement et les prix à la consommation n’augmentent pas. Mais cette nouvelle monnaie entre tout de même dans nos circuits financiers, et entraîne l’augmentation de la valeur des actifs financiers et immobiliers. La preuve en est, la bourse a déjà regagné une grande partie de ses pertes lors de l’apparition du virus, et les prix de l’immobilier ne baissent pas alors que nous sommes en crise.

La conséquence de ces mécanismes est que le patrimoine financier et immobilier augmente (les riches s’enrichissent) alors que le chômage structurel augmente et les salaires stagnent (les plus modestes, ceux qui vivent du revenu de leur travail et n’ont pas ou peu de patrimoine, s’appauvrissent).

La mise en place du plan de relance doit s’accompagner de mesures visant à réduire les inégalités de niveau de vie

Les états européens se doivent d’anticiper cette montée des inégalités en mettant en place des mesures fiscales et réglementaires pour les corriger. S’ils ne le font pas, la lutte contre la crise économique risque de poser les jalons d’une prochaine crise sociale majeure.

Si nous sortons de la crise économique de la COVID-19 avec plus de dette mais aussi plus d’inégalités de niveau de vie, nous aurons créé un problème plus grave que celui que nous pensions résoudre. Nous aurons vaincu la crise économique, mais nous aurons augmenté les inégalités au risque de faire basculer une grande parie des perdants de la relance vers les extrêmes.

De nombreux outils existent et l’avancée majeure réalisée dans l’intégration de l’union européenne ouvre la voie à une réponse concertée de l’union à ce danger potentiel.

Tous Les Articles
×

Vous y êtes presque...

Nous venons de vous envoyer un e-mail. Veuillez cliquer sur le lien contenu dans l'e-mail pour confirmer votre abonnement !

OK